Doc GOMI

Doc GOMI

Un an d'épidémie ; Un plan se sortie de crise ?

J'observe la crise covid19 depuis février 2020 et me suis souvent situé a contre courant.

 

Les erreurs de gestion sur lesquelles je me suis prononcées depuis un an :

 

- l absence de port de masque en population malgré les recommandations du HCSP (2011) , qui auraient pu être momentanément remplacés par des masques fabriqués

- l'absence de prise en compte des aérosols

- l absence de territorialisation jusqu'à une date récente

- l'absence de prise en compte de la façon de se développer de cette épidémie : gradient dedans/dehors et stochasticité

- l'absence de reconnaissance de l'inefficacité du "test trace isolate" qui a été importé de pays qui maintiennent une épidémie a bas niveau , qui rend cette doctrine efficiente dans ces pays

- l'absence de tracing backward

- l'absence d emploi de tests autres que RTPCR nasopharyngé , qui est un bon test de recherche de personnes qui ont été infectées, mais un très mauvais test de contagiosité, car arrivant trop tard

- l absence de sécurisation des clusters, liée à une absence de reconnaissance des aérosols, et a une incompréhension de leur rôle de réservoir et de lieu de vectorisation

- l'absence de reconnaissance de la nosocomialité ou dumoins de sa prise en compte avec une lutte acharnée : les hôpitaux ont été un des moteurs principaux de l épidémie

- l'absence d'engagement des communautés et de la population, avec une gestion verticale, culpabilisante, des mesures contre productives (non accès aux espaces extérieurs) , et une vision punitive et administrative alors que seule une gestion de risque à un niveau individuel peut être véritablement efficiente

- l'absence de prospective et de recherche sur des sujets stratégiques : estimation de la circulation virale par une méthodologie solide, absence de recherche sur les tests et blocage des initiatives privées (easycov entre autres) ; une question centrale : des tests de faible sensibilité permettent t ils de détecter les supercontaminateurs ?

- l 'absence de contrainte sur le télétravail et la sécurisation des lieux de propagation (restauration collective)

- l absence de la prise en compte d 'études qui ont démontré que si il ne se passe rien dans les écoles quand il n y a pas d'épidémie, elles jouent leur rôle dans les périodes d 'expansion pandémique

- au chapitre des illusions perdues prévisibles : non la vaccination ne pouvait nous sortir d affaire sur le premier semestre 2021 ou seulement partiellement.

 

Je me suis prononcé contre un confinement national homogène début 2021, en espérant que l'on avancerait sur les sujets principaux : tests préventifs et itératifs (pooling communautaires) , gestion préventive des clusters, aération , nosocomialité.

 

L'absence d'intervention effective sur ces sujets nous a conduit trois mois plus tard à une situation dégradée sur un plan national, avec des zones non urbaines impactées, et une épidémie qui semble arriver à son sommet dans un certain nombre de zones urbaines.

 

Les options sont limitées : le zéro covid tel que présenté souvent nécessiterait 2 mois environ d'un confinement strict, et je ne suis pas certain que l 'état économique, psychologique et social de notre pays le mette à portée de main (je ne dis pas non plus que c'est impossible, mais je n'ai certainement pas l'ensemble des données qui me permettrait de le préconiser, et c'est en dehors de mes compétences).

 

Les principaux clusters sont en voie d'amélioration : les ehpad avec la vaccination , et l immunisation des principaux vecteurs dans les hôpitaux et ehpad ; cette immunisation est bien présente en zone précédemment touchée mais moins dans les zones précédemment épargnées, d'ou la divergence d'évolution et de dynamique. (hauts de france VS grand est par exemple).

 

Restent les écoles, qui de façon prévisible (vu la fermeture de bon nombre de lieux potentiels de vectorisation) sont venues au premier plan, mais je pense qu'il ne s'y passe rien de plus ou de moins qu en mars 2020, juste que ce n 'est pas "noyé" dans un ensemble.

 

Prolonger les vacances scolaires , 3 semaines ou un mois tout en synchronisant les zones serait une possibilité.

 

Renverser la table sur le télétravail pour revenir a un index de mobilité plus proche de celui de mars 2020 que celui actuel aurait du sens.

 

Innover et tester sur les tests de pooling , les tests salivaires, les auto tests, sans attendre ; non la vaccination n'est pas la seule solution. Pas plus que le confinement global n'est une solution en soi sans maitrise des clusters.

 

Equiper les lieux de vectorisation de détecteurs de CO2, travailler sur l aération....des solutions connues et validées au niveau international.

 

Il faudrait aussi prendre du recul, même si cette épidémie est terrible, elle fera moins de morts que la consommation de tabac sur 2020/2021. Il y a une épidémie, et une infodémie anxiogène.

 

IL faut juste avancer, et utiliser des outils efficients, éviter d'imposer des mesures inutiles , ne pas espérer une clémence miraculeuse du SarsCoV2 : il ne nous laissera en paix que lorsque nous aurons fait ce qui doit l'être. Un miracle n'est pas impossible, mais il ne semble pas raisonnable d'y compter, et le panel de mesures non explorées et qui ont du sens doit nous inciter a avancer au plus vite.

 

Et c'est bien là un de nos problêmes majeur : comment avancer plus vite, empêtrés que nous sommes dans nos fonctionnements structurels archaiques ? Comment amener tout à la fois plus de démocratie dans les prises de décision et plus de rapidité et d'agilité ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



31/03/2021
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 224 autres membres