Doc GOMI

Doc GOMI

COVID-19: how does it work? Three propagation circles and the concept of critical mass effect.

 

 

I have been looking for a concept that would allow us to better understand how SARS-CoV-2 acts and to explain it simply. This may be of course a little bit simplistic. This framework can be improved but seems helpful to me and can help me understand some blur areas. This is the result of three months of observation. It is based on some scientific data, but also partially on elements not yet demonstrated (such as the concept of critical mass). For the latter, I foresee no other explanation in the immediate future. This epidemic is unusual. We are observing some features shared with other epidemics. On the other hand, some others are different, such as the absence of any pre-existing immunization.

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2012/11/720552/circles.jpg

 

 

 

We have three propagation circles.

 

It is useful to divide the whole population into three different groups: the dynamics of the epidemic are different from one group to the others (e.g. because of mean age, application of prevention measures...)

 

At the intersection of these 3 circles, we have symptomatic people (S Area) . They account for a small minority. To date, the total number of people who had COVID can be estimated at 7 million in France. PCR Tests have allowed to identify less than 3% (170,000) of them. The case-fatalty rate is estimated to be around 0,5% according to data from the CDC.

 

 

- Circle #1: asymptomatic transmission

 

This circle is composed of the young population in good health. They have many social interactions and travel a lot. They are mostly vectors of the disease. Asymptomatic transmission occurs in this circle at the beginning of the epidemic, before the exponential rise in cases. Symptomatic and severe cases are seldom. SARS-CoV-2 continues to spread in this circle after the initial exponential growth.

- Circle #2: critical mass events

 

This circle includes gatherings in enclosed places (workplaces, hospitals, continuing care facilities, coffee shops, restaurants, gyms, cinema...). Infected people coming from circle #1 participate in such events, thus disseminating the infection. As the number of infected individuals increases, the viral load increases in the air, until it reaches a critical aerosol load threshold. These events are major driving forces in the dynamics of the epidemic. Superspreaders, rather harmless outdoors, will also massively contaminate these places.

- Circle #3: people at risk and elderly

 

Elderly and people at risk are the less mobile folks. Being rather immobile, they are undergoing vectorization rather than participating in the dissemination of the disease. This circle comprises those who are the most severely impacted by COVID-19, especially in the early stages of the epidemic. The fatality rate is higher in this group. These 3 circles overlap one with each other. E.g., circle #3 (elderly) overlaps with circle #2 (enclosed places) if we have in mind residents of long care facilities.

 

Overlapping areas are called "corridors" (C): they illustrate flows between the 3 groups and provide insight for preventive measures.

 

How does this concept work? Circle #2 has raised much attention. Clusters are located in this circle (e.g. in hospitals or in long term care facilities). The corridor between this circle and the group of people at risk (circle #3) constitutes a major risk factor. E.g., infected people may be discharged from the hospital to nursing homes. Public transportation also plays a major role in the dissemination of COVID-19.

 

The absence of masks in enclosed places (work, transportation) have made them places of vectorization of this epidemic. This is subsequently affecting people at risk (circle 3). Besides, with increased aerosol loads and repeated exposures, young people with no risk factors may develop COVID-19, especially during the peak of the epidemic.

 

Circle #2 is also porous towards circle #1: This illustrates how the epidemic spreads from one enclosed place to another.

 

During lockdowns, circle #1 was most impacted, with delayed effects on the number of symptomatic people. Physical distancing and travel restrictions have impacted this circle, with subsequent and delayed effects on circles #2 and #3.

 

Circle #2 was impacted by lockdowns, probably more because of better prevention in hospitals (although subjected to shortages in the supply chain), massive staff testings. In the meantime, insufficient contact tracing in the industries has contributed to the vectorization of the disease.

 

The lifting of travel restrictions is currently accompanied by a low-level increase in the transmission in circle #1. It is very likely that at the same time, not much is happening in both circles #2 and #3. Events in circle #2 will probably be driven by the increase of superspreaders or multiple asymptomatic shedders in one place.

 

Controlling the propagation in circle #1 is not easy. We can tackle clusters (circle #2). How can we stop the circulation of SARS-CoV-2 in circle #1? Controlling the transmission would help, as well as immunity (humoral, cellular, and local with IgA). These are hypotheses. Extinguishing the circulation of the virus in circle #1 is the aim of some Asian countries, which makes sense. The main vector is young people. They are rarely impacted by the disease, but they play a large role in its spread to other people at higher risk.

 

 

 

thanks for the english version corrections : Quentin Durand Moreau MD 

31/07/2020
0 Poster un commentaire

Covid19 : les trois cercles de propagation et l'effet de masse critique.

J'ai cherché un concept qui permette de saisir la façon d'agir de notre SarsCoV2 et de l'expliquer simplement , et bien sur schématiquement, donc de façon partiellement réductrice.

 

Ce concept est perfectible, mais représente une grille d'analyse qui me semble pertinente, et qui peut aider à saisir ce qui semble bien opaque sans cette grille.

 

Ce travail est le fruit de trois mois d'observation, il est basé sur des données scientifiques certaines, mais aussi partiellement sur des éléments non encore démontrées, mais auxquelles je ne vois pas d'autre explication dans l'immédiat. (phénomène de masse critique).

 

Cette épidémie est inhabituelle, ou dumoins nous observons des choses qui sont sans doute partiellement communes à d'autres épidémies, mais qui sont habituellement invisibles, car sans impact, et en raison d'une immunisation populationnelle pré existante pour ces autres épidémies.

 

https://static.blog4ever.com/2012/11/720552/circles.jpg

 

 

Nous avons trois cercles de propagation. Segmenter l'ensemble de la population que l'on voit habituellement comme une masse confuse en trois classes est pertinent, car les caractéristiques de propagation dans ces trois classes sont différentes, ainsi que les caractéristiques d'âge, et les contre mesures pertinentes sont aussi différentes.

 

Au milieu des trois cercles, nous avons les personnes symptomatiques, qui représentent une petite minorité. On peut estimer à ce jour à probablement 7 millions le nombre de personnes qui ont contracté le SARSCOV2 ; ce calcul peut être fait en partant du CFR qui est actuellement estimé à environ 0,5% (dans la dernière étude CDC entre autres). Nos tests nous ont donc permis d'en détecter probablement moins de 3%. (170000).

 

Nous avons trois cercles : 

 

- Le cercle un , principalement vecteur, population jeune en bonne santé , qui a beaucoup de rapports sociaux et voyage, se déplace. C'est dans ce cercle que se produit l'infusion avant exponentielle, au démarrage de l'épidémie. Les cas symptomatiques sont peu nombreux en proportion , les cas graves rares également. C'est aussi dans ce cercle que continue à se propager le Sars après l'exponentielle.

 

- le deuxième cercle, celui des lieux et des groupes en lieux clos (milieu de travail, hôpital, EHPAD, bars, restaurants, salles de sport, cinéma....) est contaminé depuis le cercle 1. 

Dans ce cercle, à mesure qu'augmente le nombre d'individus infectés, la charge virale augmente, jusqu'à atteindre un seuil critique de charge aérosol , qui les rend moteurs dans la dynamique de l 'épidémie. Les superspreaders , plutôt inoffensifs en extérieur vont également contaminer massivement dans ces lieux. 

 

- le troisième cercle, celui des personnes âgées mais aussi des personnes à risque est peu mobile, il subit la vectorisation en bout de chaine plus qu il n'y participe. C'est ce cercle qui a été majoritairement concerné par la première phase de l épidémie, en terme de cas graves et de mortalité. 

 

Les trois cercles partagent des zones communes : on peut être âgé et dans un lieu clos (EHPAD) ou à domicile, voire mobile tout en étant à risque.

 

Entre chaque cercle , des corridors "C"  représentent les zones de transit entre les trois groupes, et donnent à réfléchir sur des mesures d'étanchéité. 

 

En quoi ce concept est t il opérant et quelle clefs donne t 'il ?

 

On voit que le cercle 2 a mobilisé totalement l'attention, il s'agit du cercle ou se trouvent les clusters. Mais aussi l'hôpital ou les EHPAD ; le "corridor" entre ce cercle et les personnes à risque est un élément majeur de risque de cas graves (transferts de personnes contaminées vers les EHPAD par exemple) ; on voit aussi que le métro et les transports en commun ont pu jouer un formidable rôle d'accélérateur.

 

La contamination des soignants, le non port de masque en lieux clos (travail, transports) en on fait des lieux de vectorisation de cette épidémie, qui a atteint secondairement les personnes à risque (cercle 3). Au plus fort de l'épidémie les fortes charges virales ont atteint des personnes plus jeunes sans facteur de risque, du fait des charges massives aérosol.

 

Le cercle 2 est poreux également vers le cercle 1 et c'est ainsi que l'épidémie se propage de lieux clos en lieux clos.

 

Pendant le confinement , c est principalement le cercle 1 qui a été impacté, avec un délai avant un impact sur le nombre de symptomatiques, étant donné la masse importante en circulation. La distanciation sociale et la diminution de la circulation des personnes, ont impacté ce cercle.

 

Puis secondairement le cercle 2 et 3 , avec un délai.

 

Le cercle 2 a été impacté par le confinement mais probablement plus par une montée en charge de la prévention dans les hôpitaux, des tests du personnel, et l'arrivée tardive des moyens de protection en nombre. Par contre l'absence de chasse aux clusters pendant le confinement a laissé les entreprises continuer à vectoriser.

 

La levée du confinement s'accompagne actuellement d'une très probable augmentation à bas bruit de la circulation dans le cercle 1, alors que dans le cercle 2 et 3 , il ne se passe pas grand chose.

 

Les événements de cercle 2 risquent de suivre le mouvement dans les zones ou la probabilité d'avoir plusieurs excréteurs ou superspreaders dans un même lieu augmente.

 

On voit aussi que la maitrise de la propagation dans le cercle 1 n'est pas simple....on peut s'attaquer aux clusters (cercle 2) mais dans quelle mesure peut t on éteindre la circulation du cercle 1 ? peut être le facteur de dispersion peut nous y aider, ou une des trois formes d immunité (humorale, cellulaire et locale à IGA) , mais nous n'en savons rien.

 

On voit aussi ici que la doctrine de suppression de la circulation dans le premier cercle,  telle que pratiquée en Asie a du sens.

 

Enfin élément important : la classe d'âge jeune principalement vectrice (cercle 1) qui n'est impactée qu'à la marge a de fait une responsabilité qu'elle ne perçoit sans doute pas : celle de la diffusion en population.

 

Je complèterai cet article dans les jours à venir, et j'espère que cette grille de lecture donnera du grain à moudre, en particulier cette grille d'analyse donne à penser en terme de "policies" : ou agissons nous, et avec quel impact ?

 

 

 

 


08/07/2020
8 Poster un commentaire

Opération #JamaisSansMonMasque #JSMM "Quand je mets mon masque je me protège, je vous protège"

Nous sommes médecins généralistes de terrain, au front depuis deux mois.

Personnellement, je travaille entre autres à la veille scientifique de l'épidémie en cours et à l’analyse des réponses et des résultats internationaux.

 

Ce message est un appel général à la communauté culturelle, scientifique, médiatique, et à toutes les personnes susceptible de relayer un message essentiel : 



Nous alertons depuis mars sans vraiment de succès sur une évidence : le port de masque en population est crucial. Un groupe de travail de médecins généralistes a créé le site stop-postillons.fr, pour aider à l'auto fabrication et à l’information sur les masques. De très nombreux médecins relayent le message, mais nous avons besoin de voix puissantes.

 

Les pays qui maîtrisent cette épidémie, dont certains sans confinement, ont adopté le port du masque précocement, en particulier Hong Kong (7,5 millions d habitants, 4 décès avec la plus forte densité de population au monde dans un de ses quartiers, 130000 habitants au km2).

 

L'heure n'est pas à constater des défaillance dans notre préparation, les incohérences, mais à l'efficacité dans la lutte contre le virus. Porter un masque.

 

Nous avons recherché des relais politiques, scientifiques, qui sont bien timides.

La politique actuelle est d'imposer le masque uniquement dans les transports.

 

Ceci ne peut permettre de limiter la diffusion, qui s'opère particulièrement en lieux clos par des personnes qui ne se savent pas malades, la contagiosité des personnes commençant avant tout symptôme, en moyenne 2 jours avant de tomber malade.

 

Le masque protège l’autre et celui qui le porte. Il est un facteur de lutte contre l’épidémie et sa progression en population.

 

Les mesures du plan de déconfinement n'ont pas de sens sans port généralisé du masque en population et nous courrons à la catastrophe. Le traçage et les enquêtes ainsi que les tests ne pourront suivre le nombre de cas quotidiens de nouvelles contaminations et s'avèrent d'emblée inefficaces sans un coup d'arrêt aux principales sources de contamination. Portons un masque.

 

Nous souhaitons monter une opération de communication permettant d’inciter fortement le port du masque en population sur la base du volontariat. Il nous semble que la responsabilisation individuelle doit être essayée avant la coercition, qu'il est urgent d'informer et de préconiser à grande échelle.

 

Nous faisons appel à toutes les bonnes volontés qui peuvent être entendues pour changer le cours des événements.

 

Nous sommes disponibles pour toute information scientifique en cas de doute sur cette information. Il est urgent de faire et de préconiser ce qui est indispensable.

 

https://www.france24.com/fr/20200424-le-port-du-masque-%C3%A0-i%C3%A9na-un-mod%C3%A8le-pour-l-allemagne-dans-la-lutte-contre-le-covid-19

 

Nous souhaitons caler cette opération en 24h. Deux temps :

  • Dès maintenant nous demandons à toute personne intéressée pour soutenir cette communication de relayer ce projet dans son réseau de relations.

  • Dimanche 10 mai à 20h : publier massivement sur les réseaux sociaux instagram, Twitter, Facebook un selfie masqué accompagné du texte suivant :

  • "JamaisSansMonMasque"  ;  "Quand je mets mon masque , je me protège, je te protège".

 

 

           Sans port de masque généralisé nous ne vaincrons pas le coronavirus 

 

Merci de votre aide

 

Collectif médical 22

Collectif Stop-Postillons

Dr Marty Jérôme

 

Marraine de l 'opération Estelle Denis.

 

 


09/05/2020
13 Poster un commentaire

SARSCOV2 un virus des villes, pas un virus des champs. Effet de masse critique en zone urbaine.

Je suis médecin généraliste, passionné de microbiologie, diplômé d'une maitrise de microbiologie de l Université de Rennes 1. J'observe sur le terrain clinique les épisodes hivernaux, je parle beaucoup avec les chercheurs en microbiologie vétérinaire qui m'ont beaucoup apporté et ont une vision plus fine que la nôtre, ayant accès a des terrains d'expérimentation (les élevages) qui leurs permettent d 'évaluer l'influence de la génomique, des co infections, de l'environnement, et qui n'en restent pas aux constats cliniques, multipliant les sérologies, les PCR, et pratiquant des autopsies.

 

Ils m'ont appris que ce que l'on voit est parfois très éloigné de la réalité, et que la maladie n'est qu'un état particulier au cours d'une infection, dont la réalité , le développement , la transmission nous échappe bien souvent.

 

C'est à ce prisme que j 'observe l'épidémie en cours, ou, comme en 2009, nous avons focalisé notre attention sur les malades, alors que ce virus a bien d'autres ressorts. Nous avons concentré les premiers cas à l'hôpital, et c'est bien normal : notre culture occidentale et française est totalement centrée sur l 'hôpital , et quand il se passe quelque chose d 'important, c'est à l'hôpital de résoudre le problème. 

 

Nous sommes aveugles, comme en 2009 (H1N1), parce que la majorité de ce qui se produit nous échappe, je plaidais il y a 6 semaines pour une visibilité populationelle, car adopter une doctrine, lutter contre un ennemi qu on ne voit pas, méconnaitre ses forces et ses faiblesses rend le combat incertain, et les mesures incertaines.

 

Depuis le début de cette épidémie, la modélisation épidémiologique et la doctrine qui en découle est assez simple : une contagiosité estimée à 2,7 fois celle de la grippe, un temps de doublement de 6,7 jours, et un temps de portage asymptomatique qui rend le contrôle compliqué, nécessitant d'isoler les malades mais aussi d'identifier leurs contacts, et d'isoler les vecteurs. Nous avons fait ce travail a partir d'une définition de cas excluant les symptomatiques ne revenant pas du Hubei ou de Lombardie.

 

J'ai passé un mois a essayer de comprendre cet ennemi en faisant le pont entre des données virologiques classiques assez souvent méconnues des cliniciens, et des données épidémiologiques dont les producteurs sont généralement plus mathématiciens que cliniciens.

 

Depuis trois semaines, de multiples données de terrain ont attiré mon attention , qui ne collaient pas avec le modèle connu et appliqué de propagation classique, exponentiel avec un décalage temporel lié a la période d'incubation ; j ai surveillé les chiffre italiens et français, qui ne décollaient pas hors cluster, et constaté l'anormal centrage persistant sur les zones de cluster d'origine (le confinement ne suffit pas à expliquer celà pour une maladie 2,7 fois plus contagieuse que la grippe) ; j ai constaté que dans environ quarante départements il ne se passait rien ou presque (sauf EHPAD), le confinement ayant donné un plein effet, quand en zone de cluster, les chiffres continuaient d'exploser. J 'ai constaté et alerté (dès fin février) sur le risque majeur dans les EHPAD et SSR.

 

Plusieurs éléments connus du SARS2003 ainsi que divers éléments m'ont donné des pistes, ainsi que les retours d'expérience étrangers selon la doctrine adoptée (Allemagne Corée Japon Australie versus France Italie en particulier).

 

Mes conclusions (ainsi que les données d 'études) sont celles ci :

 

- notre population étant immunologiquement totalement naive sans protection croisée (a priori), l'importance des inoculum viraux et leur répétition avant la phase symptomatique est à même de provoquer une forme plus symptomatique ou plus grave.  C’est une donnée "classique" en virologie, dont il n'a pas été tenu compte jusqu'à présent dans la modélisation, et je mets cette donnée au premier plan de mes réflexions, d autant plus que ce facteur joue un rôle probablement plus prépondérant en l'absence totale d immunité. (non validé, hypothèse personnelle).

 

- la charge virale est corrélée a la gravité de la maladie.  (validé)

 

- en zone de cluster le phénomène de masse critique se produit lorsqu un individu est à même de recevoir plusieurs inoculum viraux, de façon répétée, déclenchant une forme plus grave ou plus symptomatique, provoquant une excrétion plus forte (toux), avec de plus nombreux cas secondaires, eux mêmes plus symptomatiques (hypothèse personnelle).

L'existence des "superspreaders" (individus fortement excréteurs même si ils sont peu symptomatiques) est discutable, leur caractéristique étant de contaminer parfois 20 ou 40 personnes quand le taux admis est proche de 2,7 ; il y a de forts excréteurs , mais il y a surtout des situations claires de forte propagation : lieu confiné ou grande foule compacte, qui provoquent des contagions de masse.

 

- hors cluster les contaminations peuvent se produire a très bas bruit et sans visibilité : selon Bedford (USA) , 1200 personnes ont été contaminées avant l'épisode très visible du cluster de Seattle, ce qui est retrouvé dans l 'étude italienne qui fait remonter l'épidémie a une période précédant sa visibilité.

 

- hors cluster le phénomène de masse critique peut se produire dans les établissements de soins, ce qui explique l'extrême nosocomialité du CO19. Ce phénomène est aggravé par de possibles aérosolisations ponctuelles (oxygénothérapie) mais aussi par le risque microdroplet : parallèlement aux droplets, des microdroplets sont produites lors de la toux, la parole, et le chant , qui peuvent rester en suspension ; leur potentiel contaminant n'est pas avéré, mais seraient une excellente explication aux phénomènes observés en lieu confiné ou lors des grandes manifestations de foule (réunion église évangélique et match de football).

 

- Hors cluster il est envisageable que la voie de contamination soit préférentiellement contact, moins de formes sévères, moins de toux , moins de droplets, provoquant des cas secondaires moins sévères ; sauf quand le virus entre dans un lieu confiné avec plusieurs excréteurs (EHPAD) et une population fragile.

 

Tout ceci explique beaucoup de "détails" :

 

- le centrage persistant sur les clusters et leur dynamique

- l extrême variabilité du CFR de 0,4% à 20% (hors cluster/dans un cluster)

- l' extrême variabilité du R estimé à 18 en situation de confinement (étude japonaise) quand il est généralement de 2,7 dans les modèles mathématiques (la cinétique de contagion est donc liée à l urbanisme et aux lieux confinés, aux foules).

- la diminution de l'âge des cas réa a mesure de la constitution du cluster (avant une notion de tri), les patients moins fragiles et moins suceptibles de faire une forme grave devenant a risque par augmention des inoculum viraux répétitfs. 

- l'absence de dynamique hors cluster même après importation de personnes contaminées : l urbanisme, les transports en commun, l hôpital local ne participant pas à la dynamique

- l'explosion de mortalité dans les EHPAD (alors qu il ne se passe rien ou presque hors EHPAD dans presque 40 départements.

 

Tout ceci explique l'extrême pertinence de certaines pratiques et politiques appliquées dans les pays qui maitrisent en évitant d'atteindre un seuil de criticité que l on retrouve en zone de cluster.

 

Phénomène de masse critique (hypothèses personelles) : quelles conséquences en terme de doctrine ?

 

Nous avons vu que dans un cluster, plusieurs éléments convergent , expliquant leur dynamique :

un nombre de cas plus important avec une cinétique plus rapide d'apparition des cas, par augmentation du R lié a des conditions d'urbanisme (foules, locaux clos, rassemblement de personnes en locaux clos, rassemblement de malades à l 'hôpital et cas secondaires en intrafamilial chez les soignants, transports en commun , métro/rer/bus/tramway). Probabilité d inoculum répétés augmentant à mesure de cette dynamique en même temps qu'augmente la charge virale des contaminés.

 

Le plus important étant sans doute au delà de cette dynamique, un impact fondamental sur la létalité , fonction de la charge virale : dans les pays qui maitrisent (même sans confinement) la létalité baisse à 0,4% et on peut dans ce cas parler de très grosse grippe (CFR fois 4) ; dans les clusters, elle décuple, voire plus. J'ai cru un moment que ceci était lié à la désorganisation ou au grand âge (Italie) , mais ceci me semble une explication secondaire, par rapport au fait principal : c'est la charge virale qui fait évoluer la létalité en zone de cluster.

 

La question est donc de savoir comment éviter d'entrer dans ce régime de fonctionnement ; selon la part de population immunisée (études sérologiques en cours) , il faudra peut être que nous apprenions à vivre avec ce virus, et ceci n'est pas hors de portée. Le japon et la Corée , peut être l'Allemagne semblent nous donner de très sérieuses pistes. Je compléterai cet article rapidement pour évoquer ces pistes.

 

 

 

 

Ceci est un premier jet destiné à être complété et enrichi des références bibliographiques.

 

 


02/04/2020
18 Poster un commentaire

Arrêt maladie et "Fraude" , debriefing d un reportage de France Television.

En pleine épidémie de grippe, france télévision a trouvé très malin d aller filmer en caméra cachée deux fausses consultations, dont le but était semble t 'il de savoir si les médecins proposent des arrêts maladie aux faux malades.

 

L'histoire n'indique pas si les fausses consultations ont été remboursées, ni si les médecins ont du temps à consacrer en pleine épidémie à de faux malades financés par la redevance télévision.

 

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/sante-au-travail/arrets-de-travail-trop-de-prescriptions_2622216.html#xtor=CS2-765-[twitter]-

 

Le visionnage de la séquence montre simplement le professionnalisme des deux médecins qui n ont en rien exagéré sur la prescription d arrêt de travail et ont fait leur travail consciencieusement.

 

Malgré celà, le reportage se conclue sur le fait que "pour lutter contre cette fraude le gouvernement va intensifier les contrôles dans les prochains mois".

 

Les bras m'en tombent.

 

De quoi parle ton précisément ? D'un rapport qui indique que le taux de fraude aux IJ détecté serait de 196ME : environ 1% des prestations versées.

 

Encore faut til préciser comment cette "fraude" est détectée : mes patients en arrêt court sont souvent convoqués, les contrôles sont assez nombreux ; systématiquement après ce contrôle sur un arrêt court, je reçois un courrier m'indiquant que l 'arrêt n est plus justifié et que le patient devra reprendre à l'issu de cet arrêt.

 

Hors c'était juste précisément ce qui était prévu : un arrêt court sur une pathologie aigue ne donne pas lieu à prolongation sauf exception et complication.

 

Et devinez quoi : le patient reprend, comme celà était prévu.

 

Et ce cas est versé au quota des fraudes détectées. J'engage les journalistes santé à vérifier , peut être ceci permettrait de revenir à un fonctionnement plus honorable du contrôle médical exercé sur les IJ ; personnellement je prend très mal le fait que mon activité soit rangée dans la case fraude alors que j ai juste fait mon travail.

 

Deuxième précision importante : l'activité des médecins est surveillée en permanence et les forts prescripteurs d 'IJ sont convoqués par les caisses et menacés. Si cette méthode a été justifiée la première année et a permis de découvrir quelques situations aberrantes de médecins "hors des clous", cette façon de procéder a rapidement montré ses limites.

 

Imaginez un contrôle routier par radar ou le principe serait que l on convoque les trois automobilistes qui sont passés le plus vite dans la journée devant ce radar ; c est ce qui est fait par les CPAM depuis au moins 5 ans, et j ai eu l'occasion d assister un collègue convoqué dans ce cadre par la cpam de St Brieuc : travaillant juste a côté d'une usine agroalimentaire, grande pourvoyeuse d arrêts maladie pour canaux carpiens/TMS , il avait donc une trentaine de patients en arrêt maladie "a l année", tous validés par le médecin conseil de la caisse, explorés, opérés...en maladie professionnelle.

 

En retirant ce quota de patients , ses chiffres retombaient sous la moyenne départementale ; malgré celà , ce collègue a été convoqué et menacé par la CPAM ; j ai pu l'assister uniquement en m'exprimant avant la réunion qui s'est tenue ensuite à huis clos avec le médecin conseil et le directeur de la caisse, n ayant pas été admis a y assister. Ce collègue proche de la retraite, qui a toujours travaillé de façon exemplaire a été quelque peu remué d'être ainsi menacé, pour un délit statistique inexistant, une fois les chiffres sérieusement examinés.

 

Troisième précision et non des moindres :  dans ce rapport (p32) qui donne lieu au reportage de France Télévision en caméra cachée, il est indiqué que les erreurs de versement concernant les arrêts maladie seraient d'environ 392 ME soit environ le double de la "fraude" (je mets ce terme entre guillemet maintenant que vous connaissez son mode de calcul). Ces chiffres concernent un rapport cour des comptes sur des données CNAM 2016.  3% des versements d 'IJ se font par erreur et sont injustifiés. Je trouve pour le moins curieux que France Television ne se soit pas formalisé de ce chiffre pour plusieurs raisons : il est le double de celui qui l'a occupé , et il est certainement plus facile d'agir sur celà que sur une "fraude" qui semble déjà sous contrôle.

 

 

Enfin deux chiffres importants :

 

environ 20% des arrêts délivrés par les médecins ne sont pas "pris" (enquête malakoff mederik).

 

Certains patients ont 90 jours de délai de carence, et ne sont donc jamais malades, même si ils cotisent. 

 

 

On attend donc la prochaine caméra cachée de France Télévision dans les méandres des services administratifs des CPAM ; j ai déjà le titre, et ça va teaser fort "qu'est ce qui qui coûte deux fois plus cher aux Français que la "fraude" aux arrêts de travail?"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


23/02/2018
3 Poster un commentaire